vendredi 31 août 2012

Où est Charlie ?

Ambiance de cour d'école ce matin salle Gambetta-Carnot. Les jeunes pousses d'Arras pays d'Artois ont reçu la visite des pros de l'équipe de Ligue. Celles-ci sont désormais, chacune de leur côté, marraine d'une équipe de jeunes. A titre indicatif, c'est Sandra Dijon qui a hérité des pitchounes de l'école de basket. Le principe est simple : les grandes sont incitées à aller aux entraînements et aux matches une fois toutes les quatre à six semaines ; les petites sont encouragées à venir supporter leur marraine à la halle des sports.
Mais, parce que je parlais d'ambiance de cour d'école, je ne peux pas me retenir de signaler ces élèves dissipées qui ont pris place au fond de la classe et qui se moquent du prof. Pas joli, joli, comme le prouve la photo.

mercredi 29 août 2012

Le chiffre du jour

12

Selon le site internet basquetebol qui a fait du basket féminin son fonds de commerce, Arras pays d'Artois va galérer cette année. A l'heure des pronostics, il annonce que le club artésien terminera 12e sur 14 de la saison de Ligue féminine démarrant le 22 septembre à Coubertin.
Je trouve ces prévisions quelque peu sévères. Certes il faudra encaisser l'Euroligue (les déplacements, la dureté des oppositions et les défaites qui seront majoritairement au bout des matches, il ne faut pas se leurrer), mais de là à jouer le maintien, ça me semble exagéré. Il y a de qualité dans le groupe, de l'expérience, des coups de poker aussi comme Dawn Evans qui débarque ce matin dans le Pas-de-Calais. Qu'on soit pessimiste pour Toulouse, condamné avant même d'avoir commencé, je veux bien, mais pour le reste, bien malin celui qui peut annoncer dans l'ordre les places de 4 à 13.
Pour info, en août 2011, Basquetebol avait placé Arras dans la charrette pour la Ligue 2, à la treizième place. Arras avait terminé onzième et c'est Lyon, annoncé à cette place, qui était descendu sportivement, avant de remonter administrativement avec l'effectif de Challes repeint en rouge.

dimanche 26 août 2012

Mondeville - Arras : les stats

Si j'ai largement occupé ce dimanche en couvrant les Courses pédestres et un "grand" match de foot en PHR entre Arras B et Stella Lys, je viens de recevoir, via Thibaut Petit, les stats du premier match de préparation d'Arras pays d'Artois. Les voici donc, en provenance de La Glacerie où les Arrageoises se sont inclinées 66-60 :
Johanne Halilovic 9 points, 7 passes décisives, 1 rebond ;
Sandra Dijon-Gérardin 19 points, 5 rebonds ;
Krissy Badé 3 points, 2 rebonds ;
Olesya Malashenko 10 points, 4 rebonds ;
Mamignan Touré 8 points, 2 passes décisives ;
Aurélie Carmona 7 points, 1 rebonds ;
Kateryna Dorogobuzova 4 points, 4 rebonds ;
Joëlly Belleka 1 passe décisive ;
Elodie Mendy 1 rebond.

L'image du jour

Un bus à huit jambes dans le peloton du 5km des Courses pédestres. C'était ce matin à Arras. Bravo aux Besset (Céline, Quentin et Thomas) et à Rudy Sergeant qui en ont bavé pendant 45 minutes et 30 secondes pour boucler le parcours.

samedi 25 août 2012

Armstrong, cible trop facile

C'est l'hallali, la curée, la mort du petit cheval, le coup de grâce, l'excommunication ultime : Lance Armstrong est dépossédé par l'agence anti-dopage étatsunienne de toutes ses victoires, y compris ses 7 Tours de France. Maintenant qu'il ne court plus, c'est vachement plus simple. C'est même trop facile.
Armstrong se faisait insulter sur les routes du Tour quand le peuple français acclamait Richard Virenque, le roi de la seringue de Festina. Parce qu'il était Américain, parce qu'il gagnait, parce qu'il en faisait plus que les autres, parce qu'il donnait des leçons de morale aussi. Aujourd'hui qu'il s'est mis au triathlon et qu'il s'occupe de sa fondation contre le cancer, personne ne viendra à sa rescousse.
Pour autant, ce n'est jamais qu'un retour de manivelle. Pendant des années, les communiqués médicaux faisaient état de la propreté du gaillard. "Jamais contrôlé positif", rappelle-t-il à l'envi. Ce n'est pas possible, même sans tenir compte de performances hors normes. Lance Armstrong suivait un protocole médical après son cancer. Il ne pouvait être que positif aux différentes contrôles. Seulement, il avait la justification absolue : le prescription d'un médecin (que ce soit son médecin de famille ou celui de l'US Postal, Discovery ou RadioShack). Une ordonnance longue comme le bras sans doute. Je persiste à croire qu'il aurait fallu l'expliquer à l'époque, entre 1999 et 2005, quand peu arrivaient à le suivre en montagne, quand les meilleurs se faisaient doubler sur les contre-la-montre.
Aujourd'hui, c'est "haro sur le baudet". Trop évident, trop facile. Mais peut-être que ça déclenchera une remise en cause générale de tous les classements cyclistes. Et qu'on enlèvera à Bjarne Riis sa scandaleuse victoire de 1996 et qu'on fera de même avec Jacques Anquetil qui, lui, a reconnu qu'il chargeait la mule et qu'on ne pouvait pas faire autrement, en tout cas à son époque.

mercredi 22 août 2012

L'album de la reprise du basket

Après les rugbymen, les basketteuses ! C'était hier en fin de journée, d'abord sur la piste du stade Degouve où Aurélie Carmona (ex-Armentières) et Astan Dabo (ex-Reims) ont effectué leurs premiers pas.
Les Espoirs Mendy, Agblemagnon et Belleka ont, elles aussi, attaqué la préparation du groupe de Ligue, qui a un peu plus de quatre semaines pour être au point. Même si la meneuse n'est pas arrivée, mais c'est une autre histoire, Dawn Eavsn ayant encore joué 3'04 (0 point, 0/1 à trois points) hier lors de la victoire de son équipe de Los Angeles sur Indiana.

 Cécile Piccin, l'adjointe de Thibaut Petit, a montré l'exemple et Sandra Dijon-Gérardin a embrayé.

Mamignan Touré, récemment sacrée championne d'Europe U18 avec l'équipe de France juniors, s'est mise à son avantage quand le rythme s'est accéléré sur le tour de piste. C'était juste avant que tout le monde (joueuses, encadrement, président, journalistes et supporters) regagne la halle des sports.

   
Krissy Badé fait un peu figure de "dernière des Mohicans" en tant qu'unique rescapée de la saison 2011-2012 (même si Joëlly Belleka était sur la feuille de match en finale de la Coupe de France). Avec huit recrues en tout, Arras a chamboulé son groupe. Mais avec les retours de Johanne Gomis-Halilovic et d'Olesya Malashenko, il y en a d'autres qui connaissent le maison.


 Thibaut Petit a littéralement scruté la séance de tirs de ses nouvelles joueuses. Une première prise de contact fort silencieuse, en tout cas, pour le coach belge des Artésiennes.

Et voilà, c'est parti pour Joëlly Belleka, Kateryna Dorogobuzova et Arras pays d'Artois.

L'album photos de la reprise du rugby

Le RC Arras a repris l'entraînement lundi soir à Grimaldi, en prévision d'une quatrième saison consécutive en Fédérale 2. Pour l'instant, il manque encore du monde, que ce soit en raison des vacances ou des blessures, mais aussi parce qu'il faudrait encore recruter, notamment en deuxième et en troisième lignes où Mickaël Nogent, entraîneur en charge des avants, n'a pas 36 solutions pour le moment.
Le speech d'Alexis Konieczny, qui en est aussi à sa quatrième saison à la tête de l'équipe première artésienne avec, comme examen de passage, une qualification chaque année pour les phases finales. Mais pas encore de retour en Fédérale 1. Faut-il seulement y songer ? C'est un autre débat, tant sportif que financier.
 
Passé par Tyrosse, Limoges et Périgueux notamment, Christophe Debaty, l'une des nouvelles têtes du RCA, a entre autres fait la connaissance de Guillaume Cattyn et de Gauthier "t'as vu mon short à poches?" Dheilly.

 
Victor N'Tsama qui rigole et Thomas Dalmasse (autre recrue arrageoise) aussi
Jonathan Florido et Kevin Maraval ont deux points communs : ils reviennent à Arras après avoir essayé autre chose ailleurs (à Duisans pour l'un, avec les Espoirs du Racing puis à Nice pour l'autre) et ils sont tous les deux blessés actuellement.

 

Il y a ceux qui bossent et puis il y a les autres... Il va falloir que Christophe Coquel remette un peu d'ordre dans tout ça. Parce que le préparateur physique du RCA, vous lui mettez-lui un chapeau des Marines et vous avez l'instructeur de Full Metal Jacket ! Voilà qui promet pour le 10 km des Courses pédestres, auquel les rugbymen prendront part dimanche.

mardi 21 août 2012

Courrier électronique californien

"Right after I'm done here in LA"

De Dawn Evans, la meneuse d'Arras pays d'Artois basket. Une fois traduit, ça donne : "Aussitôt que j'aurai fini ici, à Los Angeles." Il faut donc comprendre que l'Américaine, qui a pris trois secondes hier soir pour répondre par e-mail à notre question concernant la date de son arrivée à Arras, n'a pas renoncé à honorer son contrat et donc à jouer pour l'équipe artésienne.
Mais pas sûr que ce soit réciproque. Une interrogation demeure sur la durée du contrat de Dawn Evans avec Los Angeles. La majorité des sites spécialisés est d'accord pour évoquer un contrat d'une semaine en attendant Jenna O'Hea, autre recrue de la franchise californienne. Mais les Sparks n'apportent pas une telle précision dans le communiqué annonçant l'engagement de la meneuse de 23 ans. Alors, ou elle est libérée samedi et pourra prendre l'avion dans la foulée et, pourquoi pas ?, jouer contre Mondeville lundi prochain ; ou bien elle reste dans l'effectif de Los Angeles jusqu'à ce que cette équipe soit éliminée du championnat WNBA, autrement dit après l'Open de la Ligue.
Arras a, dès lors, plusieurs solutions : une nouvelle meneuse tout de suite ; attendre Dawn Evans ; prendre une pigiste. On en saura peut-être plus ce soir, à la reprise de l'entraînement.

lundi 20 août 2012

C'est du hip-hand

A mi-chemin entre le hip-hop et le handball, voici le hip-hand, une discipline promue par l'Arrageois Thomas Wrazidlo. On voit ici le pivot du RCA en action lors du match de préparation disputé ce week-end contre la N1 hazebrouckoise.
Focalisé sur le score au tableau d'affichage, on est passé à côté de la note artistique attribuée par les juges. Peut-être que les joueurs du Racing pourront nous apporter ce renseignement. En tout cas, c'est carrément pas facile à faire, même sans ballon !

Le chiffre du jour

1'37
Après avoir signé avec l'équipe de basket des Los Angeles Sparks, Dawn Evans a joué une minute et trente-sept secondes ce week-end lors de la victoire 82-71 à Seattle. Elle doit enchaîner avec trois matches à domicile cette semaine : contre Indiana demain mardi, contre San Antonio jeudi et contre New York samedi.
Pour la meneuse recrutée par Arras, il s'agit d'un CDD particulièrement bref (une semaine), qui doit permettre au club californien d'avoir une rotation supplémentaire en attendant l'arrivée officielle de Jenna O'Hea, l'ex-Arrageoise désormais médaillée olympique. Mais, du coup, Evans manquera donc la reprise officielle de l'entraînement demain, à la halle des sports. En espérant, pour la bonne préparation d'une saison qui verra Arras cumuler championnat et Euroligue, que la pige de la jeune Américaine ne se prolonge pas à Los Angeles ou ailleurs.

samedi 18 août 2012

Tennis-ballon... ovale

C'était hier en fin de journée à Grimaldi, après les tests VMA placés sous la haute autorité de Christophe Coquel. On peut faire du tennis-ballon quand on est rugbyman. La preuve avec cette tête appuyée de la recrue Thomas Dalmasse, moralement soutenu par Etienne De Rosa, face à Ludo Courtois. Ne manque sur la photo qu'Alexis Konieczny, bien planqué en fond de terrain.
Il faut bien que les gars du RCA en profitent : lundi soir, reprise de l'entraînement. Avec un effectif encore limite-limite, tout du moins en quantité.

vendredi 17 août 2012

Bloc-notes spécial basket

- Pour Arras pays d'Artois, la reprise officielle est pour mardi. Mais une majorité des joueuses est déjà arrivée, ce qui, pour Aurélie Carmona qui habitait à Laventie quand elle jouait à Armentières, ne fait pas un gros déplacement. Cet après-midi, les Arrageois qui se baladaient en ville ont pu croiser la grande Astan Dabo derrière ses lunettes noires. Quant à Olesya Malashenko et Kateryna Dorogobuzova, elles arrivent d'Ukraine lundi à la mi-journée.
- Et pendant ce temps, Targoviste empile les étrangères. Si j'ai bien compté, ça fait huit pour le club roumain d'Euroligue, avec Babkina (Lettone), Miljkovic (Serbe), Novosel (Américaine), Nnamaka (Suédoise), Vorobyeva (Russe), Robbins (Américaine), Tikhonenko (Russe) et Matic (Serbe). En France, on se coupe un bras avec ce fichu gentleman's agreement. On va me rétorquer que c'est pour protéger l'équipe de France et que ça fonctionne puisque les Braqueuses sont vice-championnes olympiques. Bien sûr. Sandrine Gruda, Elodie Godin et Isabelle Yacoubou jouent dans des clubs français, c'est bien connu...
- Disparue de la circulation. Plus d'USAO dans le paysage, en tout cas plus d'équipes d'Arras Ouest engagées en championnat régional. Je m'en suis rendu compte en mettant le nez dans les calendriers. Si ça paraissait inévitable, ça fait quand même bizarre.
- Tant que j'étais dans les tableaux de la saison 2012-2013, sachez qu'on ne dit plus "cadettes France" mais "championnat national U17". C'est vrai que ça change tout, sachant que les compétitions internationales en jeunes concernent les catégories U16 et U18.
- L'Euro féminin 2013, ce sera aussi dans la région. Le comité d'organisation cherche d'ailleurs des Volontaires (des gens qui travaillent gratuitement, des bénévoles quoi) pour les sites de Lille et d'Orchies, qui accueilleront le deuxième tour et la phase finale. Ce peut être une belle occasion pour vivre l'événement de l'intérieur. Si ça vous intéresse, les détails sont disponibles ici. Il y a plusieurs domaines qui recrutent.
- Deux anciennes Arrageoises sont à l'Euro U20. Adja Konteh, que Bruno Blier a convaincu de rejoindre Aix-en-Provence, joue d'ailleurs ce soir contre l'Ukraine. Natacha Doppée (8 points, 1 passe décisive) vient elle de battre la Bulgarie (75-51) avec ses compatriotes belges qui évoluent en deuxième division.
- Autre ancienne de la maison, mais chez les Espoirs cette fois, Célia Bourbon. Cadre de l'équipe de N2 en 2010-2011, elle sera Brestoise cette saison. Et la première journée de championnat, c'est Brest - Arras. Le hasard fait bien les choses.

jeudi 16 août 2012

Le petit livre rose

Dans le tas de courrier ayant atterri sur mon bureau depuis un mois, une enveloppe de la République française. Plus précisément du "service du Premier ministre". Au moins, ça n'était pas un PV... A l'intérieur, une vraie trouvaille : un livret rose, intitulé "Vocabulaire des sports", sous-titré "Enrichissement de la langue française" et expédié à tous les journalistes sportifs de France juste avant le début des Jeux olympiques. Le but : éviter au maximum les anglicismes, les inventions et le massacre en règle de notre belle langue nationale.


Pour ce qui est de la télé, je n'ai pas l'impression que ça ait si bien fonctionné que cela. Pour le reste, je crains que ce recueil prenne la poussière dans bon nombre de rédactions. Mais j'aurais au moins appris qu'avant de réussir un "panier à panier" ou un "panier smashé", les basketteurs doivent pratiquer la "gymnastique d'étirement", sous peine d'avoir recours à un "bandage de contention". C'est vrai que ça passe mieux que le dunk, le coast-to-coast, le stretching et le strapping.
Et maintenant je sais aussi que le Premier ministre de la République française a sous ses ordres une Commission générale de terminologie et de néologie qui pense à nous, les journalistes sportifs. Merci.

mercredi 15 août 2012

L'image du jour

Maintenant que le terrain de foot de Vimy est en altitude, on peut s'installer dans la nature avec sa chaise de jardin et son caméscope pour filmer le match, tranquille. C'était cet après-midi à l'occasion du tournoi de l'USV et de la victoire des locaux sur Cambrai (3-1).

mardi 14 août 2012

Back to the boulot : jour J moins un

"Je me demande si ça se souvient de moi", s'interroge le légendaire Steve Zissou. Quant à moi, qui reprend le boulot demain, je m'interroge également : à quoi va ressembler la saison qui s'annonce? Quels en seront les héros et les zéros? Qui va crever l'écran de l'olympiade qui s'ouvre jusqu'à Rio? A quoi peut bien ressembler le nouveau coach des footballeuses d'Arras? La basketteuse Johanne Gomis va-t-elle demander à être appelée Johanne Halilovic? Grégory Beugnet va-t-il continuer à grimper dans la hiérarchie du demi-fond français? Pour quelle équipe cycliste professionnelle roulera Adrien Petit en 2013? Un été sans soleil aura-t-il été fatal à l'humour si inqualifiable d'Alexis Konieczny, coach des rugbymen pour la quatrième saison consécutive? Le water-polo se remettra-t-il de l'arrêt programmé de Patrik Kedro? Sera-ton excommunié par Laurent Buffard si on dit que son équipe de basket de Lyon, c'est celle de Challes avec des maillot rouges? Emilie Lefel ménera-t-elle le badminton arrageois en Nationale 2? Andy Minguet, le tennisman belge, réussira-t-il la performance de défendre les couleurs arrageoises dans une cinquième division différente? Le foot district redressera-t-il la tête dans l'Arrageois? Jean-Rémy Barbieux va-t-il trouver un fournisseur pour ses tee-shirts officiels fêtant la montée des handballeurs en 2013?
Toutes ces questions (et tant d'autres) vont alimenter la chronique à partir de ce 15 août, date officielle de la reprise.

samedi 11 août 2012

Cours de marketing appliqué

"Un sou, c'est un sou." Bien que Charentais, Renaud Lavillenie, qui vit et s'entraîne à Clermont-Ferrand, a visiblement fait sien ce proverbe auvergnat. Hier soir, dans la foulée de son titre olympique du saut à la perche, il n'a pas tardé à enlever ses chaussures et c'est son sponsor qui est passé à la caisse. Je m'explique.
L'équipe de France olympique est cliente chez Adidas ; Renaud Lavillenie est salarié chez Nike. Donc, comme il sait qu'il va attirer les photographes de toute la planète après sa victoire, l'athlète français met, l'air de rien, ses chaussures sur son épaule gauche, quasiment autour du cou. Et que voit-on ? Le superbe logo Nike, encadré par le drapeau tricolore et le sourire du vainqueur. C'est tout bénéfice pour le perchiste et pour la marque américaine. Mais pas sûr que ça amuse le CIO qui vient, par ailleurs, de mettre Yohan Blake dans sa ligne de mire.
Le sprinteur jamaïcain est "coupable" d'avoir couru sans enlever sa montre. Ce que les instances n'ont pas apprécié, ce n'est pas que la montre en question valait plus de 400 000 euros, mais bien qu'elle n'était pas fabriquée par un sponsor officiel et exclusif de la machine à fric de Lausanne. Et on parle de retirer à Blake sa médaille d'argent olympique pour ça...

mercredi 8 août 2012

Réflexions

- Les volleyeuses du RCA, qui ont fini sixièmes de Régionale 3, ont été invitées à disputer le championnat de R2 la saison prochaine, comme l'a dévoilé le club lui-même. Une bonne nouvelle pour le Racing, qui va devoir assumer cette promotion mais pourrait devenir attractif pour certaines joueuses de la région. Une mauvaise nouvelle pour le volley dans les Flandres : si la ligue régionale en ait réduite à ça pour compléter ses poules, c'est que ça va vraiment très mal.
- Marie Delattre-Demory et ses équipières tricolores ont terminé huitièmes et dernières de la finale du K4 500 m aux JO de Londres. La bonne nouvelle, c'est qu'elles sont à leur place, l'Immercurienne ayant situé le bateau français entre les 6e et 8e places mondiales. La mauvaise nouvelle, c'est qu'il n'y a que trois bateaux derrière. Déjà qu'on a toujours du mal à comprendre les critères de sélection de la fédération internationale concernant la course en ligne, mais on se dit en prime que ce sport s'expose à une limitation de ses qualifiés par la CIO. Quand onze équipages seulement dans le monde sont retenus pour des séries qui n'éliminent personne, puis des demi-finales qui n'écartent que les trois plus cancres de la classe, c'est pas franchement élitiste. Surtout pour une discipline qui ne concerne guère que les Européens.
- La boxe est probablement l'un des plus beaux et durs sports qui soient. Et le plus énervant aussi. Quand ce ne sont pas les bidouillages des pros, ce sont les vols caractérisés chez les amateurs, comme pour Oubaali et Vastine, hier aux Jeux. Je ne suis pas fan (c'est un euphémisme) des sports qui reposent leurs résultats sur des notes ou des appréciations subjectives. Il serait temps que la boxe fasse sa révolution et s'inspire des logiciels de décompte de coups (efficaces ou non) qu'utilisent les télés américaines lors des grands championnats.
- "C'est un hold-up !" s'est étranglé un confrère télévisuel après l'élimination des footeuses françaises par le Japon. Mais quand ce sont les basketteuses qui en réussissent un magnifique, on n'entend pas les commentateurs s'insurger. Et ce n'est pas moi qui ai repris l'expression, mais la Berruyère Miyem juste après le match remporté face aux Tchèques.
- Elle ne fait pas que se faire photographier avec toutes les stars de la planète : Nadja Grishaeva joue aussi au basket à Londres. La Russe et ex-Arrageoise fera d'ailleurs face aux Françaises demain à 22h (heure française) en demi-finale, pour une revanche du match de poule. Lors de cette première confrontation, Grishaeva avait inscrit 8 points et pris 4 rebonds. Autre ancienne Arrageoise en piste, Jenna O'Hea reste en course avec l'Australienne. Beaucoup plus affûtée physiquement qu'au moment de sa saison dans le Pas-de-Calais, la Wallaby affrontera les USA demain, après ses 8 points, 3 passes décisives et 6 rebonds en quart contre la Chine.


- Tant qu'on est à parler de sportifs au point athlétiquement, j'ai une pensée pour Christophe Coquel. Dans une semaine, jour pour jour, le préparateur physique va récupérer ses rugbymen pour les tests VMA. Et dire que certains songent déjà à se faire porter pâle...

vendredi 3 août 2012

Le retour !

C’est toujours les vacances mais il est temps de remettre la machine de route, de seller les chevaux, de rallumer la chaudière, bref de reprendre le collier pour une nouvelle saison. Petit coup d’œil dans le rétro avec un Tour de France qui mérite la palme de la contradiction. Au niveau ennui, on a battu un record, revivant les mornes années Indurain avec un vainqueur qui ne fait la différence que dans les épreuves solitairement chronométrées ; au niveau public, il y a toujours foule comme je l’ai personnellement constaté au lac de Causse, à quelques kilomètres de Brive. Pas sûr qu’il y ait une explication rationnelle. En tout cas, les gamins adorent toujours la caravane publicitaire.
Et tant qu’on est à parler de pub, embrayons sur les JO. A Londres, tu peux disputer le tournoi de judo en portant un voile musulman contraire à toutes les valeurs olympiques, mais tu seras interdit de site si tu arbores un tee-shirt Burger King ou Pepsi. Fou, non ? Pour ce qui est des épreuves, chapeau à Michael Phelps et Teddy Riner, aux basketteuses et footeuses françaises aussi, même si elles n’ont pas terminé. Pour le reste et pour la France, heureusement qu’il y a la natation pour gagner des médailles… Même les sports pratiqués par cinq pays dans le monde, comme l’escrime, ne rapportent plus leur quota. Quoi qu’on en dise, une médaille olympique n’a pas la même valeur selon qu’on la gagne au pistolet à 10 mètres à air comprimé ou sur 100 mètres en athlétisme. Il faut savoir choisir son sport en fait.
Elle est belle, l’universalité des disciplines, tant vantée par le Comité international olympique. Pour enfoncer le clou, un double constat : l’Afrique noire reste totalement absente des épreuves de natation (je mets l’Afrique du Sud et ses Blancs de côté) et aucune médaille pour l’instant pour les représentants de l’Océanie, hors Australie et Nouvelle-Zélande, alors que la dictature nord-coréenne en a déjà 5 !
Allez, oublions Londres et revenons à Arras. Comment ça, c’est moins glamour ? L’heure de la rentrée a déjà sonné pour certains, dont les joueurs d’Arras-Football opposés à Fresnoy-le-Grand demain samedi en match amical, à Bapaume. Un ancien coach arrageois en a aussi fini avec les vacances cette semaine, c’est Stéphane Tousart, de retour aux affaires à Béthune (DH). Pour les handballeurs, encore dix jours avant de penser au championnat de N2 qui s’ouvrira le 15 septembre à domicile contre Dunkerque. Le lendemain, premier match officiel pour les rugbymen, qui recevront l’AC Boulogne-Billancourt, relégué de Fédérale 1, postulant à la Fédérale 3 et intégré en Fédérale 2 (si quelqu’un y comprend quelque chose…). Deux semaines plus tard, soit le 30 septembre, grands débuts des Lionnes en Fédérale 1, à la maison, contre Nantes. Pour ce qui est de l'heure, je ne peux pas encore vous dire, parce que les équipes garçons et filles sont supposées jouer toutes les deux à 15h…
Côté ballon rond, c’est déjà un moment attendu : le 9 septembre à 15 h, Arras découvrira la D1 à Juvisy, vice-champion de France.  On fait difficilement mieux dans le genre. Pour la première à Degouve, rendez-vous le 23 septembre contre Guingamp. Et tant que j’en suis à évoquer le foot féminin, je ne peux m’empêcher de rapporter cette citation de Marinette Pichon tout à l’heure pendant France – Suède : « Trois occasions, deux buts, c’est presque du 90 %. » Si quelqu’un a un cahier de vacances qui traîne, merci de l’adresser à la rédaction de France 4, qui fera suivre.
Et puis il y a le basket. L’Euroligue à la monde Arras pays d’Artois, c’est le 24 octobre à 18 h à Sopron ; le championnat, c’est le 22 septembre à l’Open et à 15 h 45 contre Lyon et puis c’est tout, puisque les calendriers ne sont pas encore publiés pour la Ligue féminine, ni pour les Pro A et B masculines d’ailleurs. Parmi les matches de préparation, une double confrontation avec Mondeville les 26 et 27 août (à La Glacerie, près de Cherbourg, le dimanche ; à Lisieux, le lundi), ainsi que les tournois d’Amboise (8 et 9 septembre) et de Mondeville (15 et 16 septembre). En, ce qui concerne les Espoirs, ouverture des débats dans la poule C de N2 à Brest, le 22 septembre. Avec un nouveau coach, si j’en crois le site belge basketfeminin.com, qui présente Pascal Meurs pour renforcer le contingent belge dans le basket français. Par ailleurs, je me suis laissé dire que les nouvelles pensionnaires du centre de formation de Villeneuve-d’Ascq avaient appris de leurs dirigeants qu’elles travailleraient désormais avec Olivier Dhulu, qui n’a donc pas tardé à rebondir.

Je sais que j'ai été un peu long et pourtant, j'en ai oublié. Alors, à très bientôt pour de nouvelles aventures.