mercredi 1 avril 2015

Viens faire un tour chez Ferrari

C'est un parc à thème dont le thème est le parc automobile de Ferrari. La Scuderia a son Ferrari World à Abu Dhabi, sur l'île de Yas. On est allé y faire un tour en famille et voici quelques images de cette tournée dans l'univers très rouge de la marque au cheval cabré.
Et, pour bien me faire mentir, les premières voitures exposées dans l'immense hall d'entrée sont grise et blanche... Le moteur d'une 458 est par ailleurs exposé un peu plus en amont, juste avant les guichets, afin d'attirer le client.






Ferrari World n'est ni un pur parc d'attractions ni un musée. C'est un mélange des deux et c'est sans doute ce qui déçoit ceux qui s'imaginent aller à Disney World avec des attractions à tous les étages et aussi les plus purs fans de l'écurie italienne qui rêvent d'une revue de tous les modèles de toutes les époques.
On est plus dans une sortie familiale où chaque âge va trouver des trucs à faire et à apprécier, autour d'une thématique Ferrari.



C'est ainsi que Ferrari World ne comporte pas de musée de la marque à proprement parler. Il y a bien une Galeria, mais avec une demi-douzaine de modèles qu'on peut aller apprécier pendant que les papas peuvent aller admirer pendant que leur progéniture est à l'accrobranche juste à côté.
Parmi ces véhicules, la F1 de Michael Schumacher (une autre est exposée dans la boutique des souvenirs qu'il faut traverser pour quitter le parc) ainsi qu'une Mondial, qui figurait dans le classement des pires voitures jamais construites établi par l'émission britannique Top Gear.






Allez, bonne route à tous !

Boxing and MMA shaking gloves in Abu Dhabi

Abu Dhabi will host a full-contact event on May the 30th, with pro boxing, MMA, kickboxing and much more. The location of this inaugural ADFF Extravaganza remains undisclosed.
« We will make different fighting sports. The main event will be featuring American and former UFC Champion Dean Lister against ADFC Champ Marcos Oliveira », the matchmaker Alexan Manvelyan told Une certaine presse.
Dean Lister, alias The Boogeyman, who has faced such cage big names as Nate Marquardt and Ricardo Arona, will come for the first time in the UAE. His opponent, Marcos « Santa Cruz » Oliveira, is a Dubai-based Brazilian renowned for his world class skills in BJJ and his final fight at ADFC Round 3, three years ago. Oliveira has not fought since, but will find a real challenge facing 39-year-old Dean Lister.
According to Mr Manvelyan, the ADFF Extravaganza will include « six martial arts disciplines : MMA, boxing, kickboxing, muaythai, grappling and one more to be announced. We will have 12 exciting fights. »

About the boxing part, Ahmed Al Ali, the only UAE professional fighter, is said to take part in his second bout. His opponent is still to be announced. Two other bouts have been confirmed to Une certaine presse.
Terry Lantz, also known as the Palm Beach Punisher (18 bouts, 10 wins), will face Merab Shantadze, from Georgia. This Eastern Europe country will also be represented by Shalva Meleksishvili (22 years old ; 8 bouts, 5 wins). The Georgian cruiserweight will challenge the unbeaten Dubai-based Iranian fighter Mohammadali Bayat Farid (4 wins, 1 draw).



Voilà, c'est un petit essai en anglais, à propos d'un événement réel programmé le 30 mai prochain dans la capitale des Emirats et que je vous livre en exclusivité.

samedi 28 mars 2015

Tournoi international HBZ : les photos

Chaque année, la cité et le club d'Al Ain organisent le tournoi international HBZ (Hazza Bin Zayed) réservé aux footballeurs de 17 ans et moins. Et le label international n'est pas galvaudé, puisqu'Italiens, Anglais, Egyptiens, Espagnols, ou encore Japonais effectuent le déplacement, avec des équipes de renom sur l'affiche. Pas de club français présent cette semaine aux Emirats, tandis qu'on peut rappeler la participation récente des U17 du RC Lens à cette compétition particulière pour au moins deux raisons :
1.- Tout est pris en charge par l'organisateur émirien, y compris le transport et ça doit faire un sacré paquet de dirhams rien qu'en billets d'avion !
2.- Plus confidentiel, ce n'est pas facile à trouver ! Le tournoi se dispute au Khalifa Bin Zayed Stadium, qui n'est indiqué nulle part en ville, sans doute parce qu'il ne s'agit que du deuxième stade d'Al Ain depuis que le club s'est doté d'une nouvelle enceinte début 2014. Mais, même une fois parvenu aux abords de ce stade Khalifa, pas une banderole, pas un drapeau, pas le moindre signe que huit clubs s'affrontent pour un challenge international. Vous pouvez même rentrer en voiture dans l'enceinte du complexe sportif et atteindre les tribunes sans croiser personne. Pas la peine de préciser que les tribunes en questions sont vides et que les matches ont lieu devant autant de caméras de télé que de spectateurs.

Le niveau était pourtant intéressant, pas tellement pour la rencontre opposant Al Jazira (le club émirien a été appelé à la rescousse pour pallier l'absence du Club africain de Tunis) à Al Ahly, ni pour Al Ain - Kashiwa, mais voir les U17 de l'Inter face à leurs homologues du Dinamo Zagreb (1-0), puis un peu plus tard sur le même terrain annexe, l'Espanyol Barcelone rendre une belle copie face aux Anglais de West Ham United (3-1), cela justifiait le déplacement.










Un "goût d'inachevé" pour Xavier Foupa-Pokam

Pour son 51e combat, Xavier Foupa-Pokam a décroché sa 31e victoire, jeudi soir aux Emirats arabes unis, dans le cadre de l'Abu Dhabi Warriors II. Le "Professor X" a battu Pavel Doroftei avant la limite, forçant un Moldave soûlé de coups de genou à abandonner dans la deuxième reprise. Pour autant, aussi bien le combattant français que son coach Cyrille Diabaté ne s'emballaient pas après ce succès.

Xavier Foupa-Pokam reconnaissait de lui-même que sa victoire avait "un goût d'inachevé, même si ça reste une victoire par TKO (KO technique, NDLR)." Cyrille Diabaté, pour sa part, ne cachait pas qu'il n'était "pas content du tout. L'objectif est de reprendre le chemin de la victoire, le chemin du très haut niveau et la performance de Xavier est en-dessous. On ne peut pas se permettre de se contenter de ça. Avec le niveau du Professor X de l'époque, son adversaire aurait été dominé en moins d'un round. Mais Xavier est aussi un jeune papa, ce n'est pas simple et c'est même très difficile de tout gérer. Le ring, ce que les gens voient, ce n'est que 0,001% du temps passé."


Sur le ring justement, Xavier Foupa-Pokam a quand même souffert. Pavel Doroftei, spécialiste de sambo, a dirigé les opérations pendant la quasi-totalité de la première reprise. Le Moldave établi à Londres a empêché le Français, fraîchement sacré champion de France de kung fu, de mettre sa tactique en place. "Je savais que c'était un adversaire dangereux, un lutteur très puissant avec une grosse force de frappe, décrivait Professor X dans les travées de l'IPIC Arena d'Abu Dhabi. L'idée était donc de se tenir à distance de ses larges crochets qui lui permettent généralement de prendre l'ascendant. Je devais profiter de mon avantage d'allonge et si le combat devait se retrouver au sol c'était à moi de l'amener là." Or, c'est surtout Doroftei qui a dicté sa loi, dans ce round initial. De quoi faire râler Cyrille Diabaté dans son coin et de quoi donner quelques frissons à ses supporters redoutant notamment les clefs de cheville tentés par le Moldave.


La donne a changé de la deuxième reprise. Xavier Foupa-Pokam a pris l'initiative en appliquant strictement les consignes de son coin : coup de genou, coup de genou et encore coup de genou. L'estomac de Doroftei et son moral ont fini par lâcher : le Moldave a secoué la tête pour signifier qu'il en avait assez.

"J'ai été trop méfiant, grimaçait quelque peu Professor X. Je ne me suis pas rendu compte de l'avantage psychologique que je pouvais avoir sur mon adversaire et j'ai eu du mal à capitaliser dessus quand il a pris des coups forts, auxquels ses précédents adversaires ne l'avaient sans doute pas habitués." Mais, ce succès donne déjà des envies d'aller plus loin et de retourner plus haut au trentenaire français. Parmi ses prochains défis : "Retourner à l'Ultime Fighting (UFC, NDLR) et prendre ma revanche sur cet homme", souligna-t-il en désignant le Japonais Sakurai qui s'apprêtait à monter sur le ring pour affronter (et s'incliner) face au Bulgare Savov. "J'ai envie de l'affronter ici, à Abu Dhabi." Une perspective qui pourrait tenter les organisateurs de l'ADW III !


Un reportage exclusif de Vincent Le Gallois (tous droits réservés)


Et retrouvez ici la vidéo de l'entrée du professor X dans la salle de l'IPIC Arena d'Abu Dhabi !


vendredi 27 mars 2015

L'image du matin

Hier soir, c'était gala de MMA et MMA de gala à Abu Dhabi. Outre la victoire de Xavier Foupa-Pokam, unique Français parmi les 20 combattants présents sur le ring de la capitale émirienne (j'y reviendrai très prochainement), j'ai retenu cette image de l'acrobatique Yoo Jae-Nam face à Yuan Ye. C'est ce dernier qui s'est imposé à l'unanimité des juges, mais le côté spectaculaire de l'homme du Pays du matin calme méritait une mention.



Et tant que j'y suis, voici les résultats complets de l'Abu Dhabi Warriors II, par ordre chronologique (tous les combats étaient prévus en trois rounds de cinq minutes) :
1. Poids plumes : Yuan Ye (Chine) bat Yoo Jae-Nam (Corée du Sud) aux points ;
2. Poids moyens : Max Nunes (Suède) bat Rene Wollinger (Autriche) par arrêt de l'arbitre dans la 3e reprise ;
3. Poids super-légers : Vaso Bakocevic (Monténégro) bat David Matosevic (Croatie) par arrêt de l'arbitre dans la 1re reprise ;
4. Poids légers : Jesse Ronson (Canada) bat Gadji Zaipulaev (Russie) par soumission (étranglement) dans la 2e reprise ;
5. Poids welters : Jim Wallhead (Angleterre) bat Rodriogo Ribeiro (Brésil) par KO (punches) au 1er round ;
6. Poids moyens : Xavier Foupa-Pokam (France) bat Pavel Doroftei (Moldavie) par abandon au 2e round ;
7. Poids légers : Waylon Lowe (Etats-Unis) bat Mateusz Teodorczuk (Pologne) aux points ;
8. Poids moyens : Svetlozar Savov (Bulgarie) bat Ryuta Sakurai (Japon) par soumission (guillotine) dans le 1er round ;
9. Poids lourds : Mike Kyle (Etats-Unis) bat Baga Agaev (Russie) par soumission (étranglement arrière) dans le 1er round ;
10. Poids lourds : Derrick Mehmen (Etats-Unis) bat Brett Rogers (Etats-Unis) aux points, à l'unanimité des juges.